Afrique du Sud: l’ANC sous haute tension pour la succession de Zuma

C’est probablement l’élection à tête de l’ANC (African National Congress) la plus importante de son histoire. Du 16 au 20 décembre, plus de 5 000 délégués du parti au pouvoir se réunissent pour élire leur prochain leader. Une élection qui se tient tous les cinq ans, mais qui cette année est particulièrement critique tellement les enjeux sont élevés : corruption, déclin du parti, mais aussi avenir du président Jacob Zuma.

C’est une élection cruciale car non seulement celui ou celle qui va succéder au président Jacob Zuma à la tête du mouvement, lui succédera à la tête du pays, en cas de victoire du parti aux prochaines élections de 2019. Mais surtout parce que le plus vieux parti de lutte pour l’indépendance du continent est en pleine crise, miné par les divisions, la corruption et le népotisme. Et le choix du prochain leader va être déterminant pour l’avenir du mouvement.

L’ANC – en perte de popularité – a déjà perdu le contrôle de deux métropoles, Johannesburg et Pretoria, lors des élections municipales, l’année dernière. Et, selon Teffo Lesiba, politologue l’université de Pretoria, le mouvement historique de Nelson Mandela pourrait perdre les élections présidentielles de 2019 s’il ne se ressaisit pas « Après 23 ans au pouvoir, l’ANC elle-même, reconnaît qu’elle fait face à une possible perte du pouvoir. Non pas parce que l’opposition est forte, mais parce que le parti est déchiré par les luttes internes… Les gens sentent que le parti est corrompu, son âme déchirée.. et met les intérêts des dirigeants avant celui du peuple… l’ANC s’est rendu compte qu’elle s’est mis à dos une partie de la population et qu’elle pourrait perdre les élections de 2019. »

Au total, 5 240 délégués de l’ANC vont donc devoir élire le leader d’un parti qui n’a jamais été autant divisé.

Présidence de l’ANC : qui vote ? © RFI

 

Le duel entre Cyril Ramaphosa et Nkosazana Dlamini-Zuma

Sept candidats sont en lice. Mais deux favoris ont d’ores et déjà été choisis par les différentes fédérations à travers le pays. D’un côté, il y a Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-présidente de la commission de l’Union africaine et ancienne femme de l’actuel président jacob Zuma. Elle représente l’aile populiste et traditionnaliste de l’ANC. Elle se présente comme la candidate de la continuité et a le soutien du chef de l’Etat ainsi que des différentes ligues des femmes, des jeunes de l’ANC. « Elle n’a pas vraiment présenté de programme concret » estime le politologue indépendant Daniel Silke, « là où elle s’est exprimé le plus fermement c’est sur le besoin de transformer radicalement l’économie »au profit de la majorité noire.

Face à elle, l’actuel vice-président du pays Cyril Ramaphosa, syndicaliste devenu homme d’affaires avant de revenir en politique. Il représente les réformistes du parti, ceux qui veulent se dissocier de la politique de l’actuel président. Il est le candidat préféré des modérés du parti, estime Daniel Silke, « il a très clairement indiqué qu’il s’attaquerait à la corruption et poursuivrait les responsables… il a également mis en avant un projet de relance économique qui séduit les investisseurs locaux et internationaux. »

Dans un parti divisé entre pro et anti Zuma, Ramaphosa se présente comme l’homme capable de redorer le blason du mouvement avant l’élection de 2019.

Sept candidats sont en lice pour la présidence de l’ANC. © RFI

La surprise Ramaphosa

L’élection du président de l’ANC doit avoir lieu samedi. Et, à ce jour, Cyril Ramaphosa a une légère avance sur sa rivale Nkosazana Dlamini-Zuma. La semaine dernière, les différentes fédérations à travers le pays ont fait connaitre leur préférence. Et le vice-président est arrivé en tête avec le soutien de 1 862 fédérations. Contre 1 309 pour Dlamini-Zuma. Il est le candidat préféré de cinq des neuf provinces que comporte le pays. Alors qu’elle a le soutien des plus grosses provinces, notamment le Kwazulu Natal, sa province d’origine.

C’est une surprise pour la plupart des analystes politiques, dont Anthony Butler, politologue à l’Université du Cap « La position de Ramaphosa semble être plus forte que prévue, notamment parce qu’il a réussi à obtenir le soutien de près de 200 fédérations au Kwazulu Natal qui est une province que tout le monde croyait entière acquise à Dlamini-Zuma. »

« Mais, évoque encore le politologue, il a également réussi à obtenir d’importantes majorités dans d’autres grosses provinces, comme le Limpopo, le Cap Oriental et le Gauteng. De nombreux analystes s’attendaient à ce que Dlamini-Zuma soit en tête, ça n’est pas le cas. Et je pense que tout le monde est surpris par le poids de Ramaphosa. »

Elections pour la présidence de l’ANC © RFI

Mais rien n’est gagné pour le vice-président du pays. Il ne s’agit que d’une tendance. Toutes les fédérations n’ont pas le même poids, certaines vont envoyer plus d’un délégué à ce congrès. Et surtout les délégués, bien qu’ils soient tenus de voter pour le choix de leur fédération, ont le dernier mot une fois dans l’isoloir.

Pour Ivor Sarakinsky, politologue à l’université de Wits, ce bulletin à vote secret est la porte ouverte au lobbying et aux achats de voix :« Cela veut dire que les délégués peuvent percevoir de l’argent en échange de leur vote et se faire corrompre par un camp ou par un autre qui aurait besoin de voix supplémentaires. L’ANC n’a jamais caché que ce phénomène d’achat de voix existait et était un réel problème. Et les dirigeants du parti dénoncent régulièrement cette pratique. »

Une incertitude d’autant plus grande que dans une province, le Mpumalanga, aucun des deux favoris n’est arrivé en tête. La majorité des voix est allée à un candidat fictif… Vers qui ira donc cette importante réserve de voix le jour du vote ?

L’avenir de Jacob Zuma

Les analystes prédisent une bataille à couteau tiré entre les deux candidats et leurs supporters lors de ce congrès. Car, non seulement il en va de la survie du mouvement mais également du futur du président Jacob Zuma, embourbé dans les scandales et qui pourrait être rattrapé par la justice une fois qu’il ne sera plus au pouvoir.

Cyril Ramaphosa a promis d’agir contre la corruption et faire en sorte que le pays ne devienne pas un Etat mafieux. Sa rivale, Nkosazana Dlamini-Zuma est resté discrète sur le sujet. Mais en cas de victoire, on l’a soupçonné de vouloir protéger son ex-mari. « Sa grande faiblesse vis-à-vis de Jacob Zuma, c’est leurs quatre enfants », estime la journaliste Carien du Plessis. « Ce sera très difficile pour elle de laisser s’engager des poursuites judiciaires contre lui », ajoute-t-elle, « je pense que ses enfants la persuaderont de le protéger. »

Les Sud-Africains veulent du changement, affirme l’analyste Teffo Lesiba de l’université de Pretoria. Et cela même au sein de l’ANC. Ils voient Jacob Zuma comme le symbole de la corruption, alors que leur vie est devenue de plus en plus difficile. Le taux de chômage dépasse les 27%, le double chez les jeunes, et cette année la croissance ne devrait pas dépasser les 1%. « En cinq ans il (Zuma) a passé plus de temps à se défendre devant la justice, explique Lesiba, qu’à s’occuper du pays. »

« Les délégués doivent prendre conscience que l’ANC s’est aliénée le peuple sud-africain. » ajoute-t-il. « Il faut qu’ils élisent les bonnes personnes qui vont mettre l’intérêt du pays avant les leurs, afin de restaurer la confiance en ce mouvement. »

Le congrès de l’ANC va se tenir à Soweto, le berceau de la lutte contre l’apartheid. C’est là que Tami Ntenteni enseignait début des années 70, quand il a rejoint la lutte armée à l’âge de 21 ans. Aujourd’hui, il fait partie d’un groupe d’une centaine de vétérans de l’ANC. Des anciens respectés qui se désolent du déclin moral de leur organisation et demandent du changement. « Les plus belles années de ma vie ont été au service de cette organisation et de mes compatriotes sud-africains. Aujourd’hui je ne peux pas tolérer que l’ANC meure pendant que je suis encore là… car j’ai donné toute ma vie à l’ANC. »

Ntenteni ne cache pas que, pour lui, Jacob Zuma est grandement responsable du déclin de l’organisation. Et que le plus tôt il sera parti, le mieux l’ANC s’en portera. Jacob Zuma, même s’il n’est plus président de l’ANC à l’issue de ce congrès, doit rester à la tête de l’Etat jusqu’aux élections générales de 2019 à moins que le parti ne l’évince ou qu’il ne démissionne.

Chronologie et chiffres clés
A propos de rédaction 578 Articles
votre site d'informations générale dans le Sénégal et a l'international m/m Disponible pour toute information, vos publicités et couverture de vos événements Siège: Route 28 Touba Mosquée Téléphone: 778673884 / 767404022 Email: desk.sene24@gmail.com vous informer est notre devoir et votre droit

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*